Conférence « La Puisaye »

Samedi 29 mai 2004 à St. Fargeau

devant l’Association des membres des palmes académiques du Mans.

L’île Morvan en Bourgogne

L’eau des étangs

Nombre et répartition

L’eau des marais et tourbières

Le chevelu des rivières : tête de bassin

La forêt et son utilisation

Les bûcherons

Les charbonniers, places à feu, bons cousins

Le calendrier des arbres

Intervention de l’homme

Les chemins creux

Les haies et le bocage

Les petites routes

Habitat dispersé, quelques bourgs :

Saint-Fargeau,  S.Ferreolus = la forge

Saint-Sauveur, Cella Salvii, Saint Sauve = salvaticus, sauvage, boisé –  Prieuré fondé en 800 par Ermenald, comte d’Auxxerre, consacré par l’évêque Maurin « sur un temple des faux dieux)

Moutiers, Cella Mauri (cellule/chapelle de Maur, le fondateur vers 500), Vallis Pentana (Pen, tête, sommet, et tan, feu) Croix St-Pierre ou croix

Blanche où on allumait les feux de Beltaine au 1 mai.

Monastérium Coenobium Meleredense (720) – Melered (mel, pommier.= la pommeraie) lieu sacré lié au symbolisme de la pomme (connaissance et immortalité). Route de l’étain – Pélerinages à partir de 664 > Rome, lieux saints, feu fénians – règle de St.Columban  –  Puit ou source > culte vierge noire.

Bléneau = Belenos, Belen, le Dieu lumineux gaulois.

Toucy, Tociacus  = Toutatis  /  toc, toq, fouler

Charny = Kernunos, le dieu cornu des chasseurs eleveurs du néolithique

Les maisons paysannes et bourgeoises

Les châteaux

St. Fargeau : le parement de briques

Ratilly, RATH = forteresse, le jansénisme

Les sanctuaires

Le Pape Saint Grégoire le Grand écrit à Saint Augustin de Canterbery (un Saxon) qu’il envoie en mission en Angleterre :  « Il faut bien se garder de détruire le temple des idoles…si ces temples sont bien construits, il est nécessaire qu’ils passent du culte des démons au culte du vrai Dieu, car le peuple, quand il verra que ses propres temples ne sont pas détruits, se rendra plus volontiers aux lieux qui lui sont habituels pour adorer le vrai Dieu .Et puisque dans ce pays ils ont l’habitude de sacrifier des bœufs aux démons, il faut se servir de cette coutume pour une cérémonie chrétienne . »

En 1545, dans une visite faite au prieuré de Moutiers par ordre de l’abbé de Saint Germain, on trouve l’injonction suivante laissée aux religieux : « nous avons enjoint aux mêmes religieux de ne plus sortir de leur couvent sans la permission du sous-prieur, de cesser leurs excursions dans le bourg de Moutiers avec des habits de déguisement, avec des épées, et aucune sorte de bâton propre à l’agression. Nous leur avons enjoint de ne se livrer avec les laïcs à aucun jeu en public ni or le couvent. Pareillement, nous leur avons enjoint de ne plus fréquenter les tavernes, et de ne plus avoir de salopes à leur service. »

Coligny avec ses Reitres mit fin à ces scandales ; il surprit et pilla ce monastère, qui ne s’est jamais relevé de ses ruines (archives départementales, fonds de l’évêché)

Fondée par Killian en 720 suivant la règle de Saint Columban  qui cherche avant tout le dépassement, et l’héroïsation plus qu’une invitation à la pénitence : « que le moine vive dans le monastère sous la loi d’un seul et dans la compagnie de plusieurs, pour apprendre de l’un l’humilité, des autres la patience. Qu’il ne fasse pas ce qu’il veut. Il doit manger ce qu’on lui commande, ne posséder qu’autant qu’il reçoit, obéir à qui lui déplaît. Il n’ira chercher son lit qu’épuisé de fatigue. Il faut qu’il s’endorme en s’y rendant, qu’il en sorte avant d’avoir achevé son sommeil. S’il a souffert d’une injure, qu’il se taise. Qu’il craigne son supérieur comme Dieu, qu’il l’aime comme un père. Il ne jugera pas la décision des plus anciens : son devoir est d’obéir et d’accomplir les commandements. »

Le régime végétarien ne souffrait que quelques exceptions au moment des fêtes : les moines pouvaient alors se nourrir de poissons ou de coquillages.

La notion de péché est très vague chez les Celtes : il s’agissait beaucoup plus d’une erreur que d’un péché au sens chrétien du terme, et tout péché est donc susceptible d’être pardonné, oublié et racheté moyennant certaines obligations comme dans l’ancien droit celtique. Ces pénitentiels des moines celtes étaient à l’origine des indulgences si répandues au Moyen-Age.

Canones Hibernenses : …l’avortement est rachetable par trois ans et demi de pénitence, mais si l’on détruit l’embryon et la mère, le prix de rachat est la valeur de douze esclaves femmes. On se demande d’ailleurs ce que vient faire l’avortement dans une règle monastique.

La pénitence pour avoir mangé de la viande de cheval, 4 ans au pain et à l’eau. Pour avoir mangé de la chair d’une bête morte 40 jours. Pour avoir bu un breuvage illicite contaminé par un chien, 1 an. Pour avoir mangé un aigle un coq ou une poule, 50 jours. Pour avoir mangé un chat 5 jours.

C’est en faite une véritable nomenclature de geis, ces interdits de l’Irlande druidique.

Pour un clerc, la pénitence pour avoir bu un breuvage illicite contaminé par un laïc, homme ou femme, 40 jours. Pour avoir bu un breuvage contaminé par une servante enceinte ou celui qui habite avec elle, ou si on a chanté le service après la mort d’une servante enceinte, ou de celui qui habite avec elle, 40 jours.

Il était toujours possible de se libérer d’une pénitence en accomplissant un acte de substitution.

Equivalence de jeûne spécial : 100 psaumes et100 génuflexions ;

Equivalence d’un an : Trois jours avec un saint mort, dans sa tombe, sans manger ni boire, ni dormir, mais avec un vêtement, après une confession des péchés et un vœu monastique, et en chantant des psaumes et des prières.

Equivalence d’un an de jeûne : 12 jours et nuits avec seulement 12 biscuits représentant 3 miches de pain. Ou encore, 40 jours au pain et à l’eau et un jeûne spécial chaque semaine : 40 psaumes et 50 génuflexions.

Penitentiel de Cummean : celui qui désire seulement commettre la fornication, mais en être empêché, fera pénitence une année. Celui qui est pollué à la suite d’un mot ou d’un regard, alors qu’il ne voulait pas commettre la fornication corporelle, fera pénitence 20 ou 40 jours selon la gravité de son cas. Mais celui qui est pollué à la suite d’un violent assaut de son imagination fera pénitence 7 jours.

Celui qui aime une femme, mais ne peut accomplir aucun acte coupable en dehors de quelques conversations, fera pénitence 40 jours. Mais celui qui baise et embrasse fera pénitence un an. Celui qui aime seulement en pensée fera pénitence 7 jours.

Les gens mariés doivent garder la continence pendant les trois quarantaines, le samedi et le dimanche, jour et nuit, et les deux jours prescrits (jeûne du mercredi et du vendredi), ainsi qu’après la conception et pendant la période menstruelle. De plus après la naissance d’un enfant il faut s’abstenir trente trois jours pour un fils, soixante six pour une fille.

Pénitentiel de saint Finnian : si quelqu’un a détourné une vierge consacrée et lui a donné un enfant, que ce laïc fasse pénitence trois ans, la première année au pain sec et à l’eau et sans rapport avec sa propre femme. Pendant ce temps, il ne devra pas porter les armes. Les deux années suivantes, il s’abstiendra de viande et de vin et n’aura pas de rapport avec sa femme. Au cas où la fornication se fait à la suite de pratiques magiques : c’est un péché monstrueux  qui doit être expié par une pénitence de 6 ans, trois au pain sec et à l’eau et trois sans viande ni vin.

Publicités
Cet article a été publié dans 2 - Environnement, 22. Puisaye. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s